Lancement du plan d’accélération de la Planification Familiale 2015-2020
Article mis en ligne le 15 octobre 2015

par Festin
Imprimer logo imprimer

Le mercredi 14 octobre 2015, Son Excellence Monsieur le Deuxième Vice-Président de la République, Dr. Joseph Butore, a procédé au lancement du Plan d’Accélération de la Planification Familiale de 2015-2020. Dans son allocution, il a fait savoir qu’en matière de santé, en général, et de santé sexuelle et reproductive en particulier, le Burundi a réalisé des progrès importants. Le Deuxième Vice-Président a en outre souligné que face à une démographie galopante, le Burundi s’est engagé à mettre en place un programme d’actions reconnaissant que le droit à la santé sexuelle et de la reproduction est essentiel pour contribuer à la réduction de la pauvreté et garantir un développement durable et équitable. L’objectif du gouvernement burundais en matière de la planification familiale est d’améliorer la prévalence contraceptive jusqu’à 50 % d’ici 2020, a-t-il ajouté. (Lire l’intégralité du discours)

Discours de Son Excellence le 2ème Vice-Président de la République, à l’occasion du lancement du plan d’accélération de la Planification
Familiale 2015 - 2020.

Bujumbura, ROYAL PALACE, le 14 octobre 2015

Madame, la ministre de la santé publique et de lutte contre le SIDA
Mesdames, Messieurs les délégués des Ministres,
Madame la représentante du FNUAP au Burundi
Mesdames, Messieurs les Représentants du Système des Nations Unies,
Distingués invités, tout protocole observé,
Mesdames, messieurs,

1. Permettez-nous, tout d’abord, de vous remercier, pour avoir répondu à cet événement très important, le lancement du plan d’accélération de la Planification Familiale pour la période de 2015 à 2020.
2. Votre présence ici, témoigne une fois de plus, de l’intérêt que vous portez au bien-être et à la santé de la population Burundaise en général, mais surtout à la santé de la reproduction et à la Planification Familiale.
Distingués invités,
Mesdames, Messieurs,
3. Le Burundi est parmi les pays africains les plus densément peuplés. La démographie galopante constitue donc une des contraintes majeures aux efforts de développement du Burundi.
4. A la Conférence Internationale sur la Population et le Développement, tenue au Caire en 1994, 179 pays dont le Burundi, se sont engagés à mettre en place un programme d’actions reconnaissant que le droit à la santé sexuelle et de la reproduction est essentiel, pour contribuer à la réduction de la pauvreté, et garantir un développement durable et équitable.

5. En effet, tout couple et tout individu a le droit fondamental de décider librement et en toute responsabilité, du nombre d’enfants et de l’espacement de leur naissance, et de disposer de l’information, de l’éducation et des moyens voulus en la matière.

6. En matière de santé, en général, et de santé sexuelle et reproductive en particulier, notre pays a réalisé des progrès importants. Ceux-ci concernent notamment la réduction de la mortalité maternelle, qui est passée de 910 en 2005 à 500 pour 100.000 naissances vivantes en 2010, suite à la politique de gratuité des soins en faveur des femmes enceintes, et de celles qui accouchent, initiée par Son Excellence Pierre NKURUNZIZA, Président de la République du Burundi.

7. Par l’intégration de l’Education Sexuelle dans les programmes de formation de l’école fondamentale, et la mise en place du réseautage sociocommunautaire pour l’offre des services de Santé Sexuelle et Reproductive des Adolescents et des Jeunes, ayant comme centre de gravité le « centre de santé ami des jeunes », l’accès universel à la santé sexuel et reproductive des jeunes et des adolescents, est devenu plus qu’une réalité au Burundi.

Distingués invités,
Mesdames, Messieurs,

8. En matière de population et développement, le Gouvernement du Burundi a adopté une Déclaration de Politique Démographique Nationale, et a pris en compte la dynamique démographique, dans la planification du développement aux niveaux national et local, démontrant pourquoi le pays devrait capter le Dividende Démographique pour le développement durable et inclusif.
9. Le lien entre la croissance démographique élevée et la pauvreté est aujourd’hui reconnu au Burundi, et le Gouvernement s’est engagé à faire de la planification familiale l’un des instruments clés pour y faire face.
10. Cet engagement est nettement clarifié dans tous les documents de politique et de stratégie du Gouvernement du Burundi. Ici, nous faisons référence à la vision 2025, au Cadre Stratégique de croissance et de Lutte contre la Pauvreté 2ème Génération (CSLP II), à la déclaration de politique démographique nationale, au Plan National de Développement Sanitaire, 2ème génération, et au plan stratégique de santé de la reproduction.
11. Enfin, dans sa déclaration de politique démographique nationale du 19 octobre 2011, le Gouvernement du Burundi s’est donné comme objectifs, de faire baisser la fécondité de 6 enfants par femme en 2008 à 3 enfants par femme en 2025, et d’accélérer la baisse de la mortalité en faisant passer l’espérance de vie à la naissance de 49 ans en 2008 à 60 ans en 2025.

12. Pour atteindre ces objectifs ambitieux, nous devons tous conjuguer nos efforts pour imaginer et mettre en œuvre des stratégies innovantes permettant d’atteindre les meilleurs résultats à moindre coût.

Distingués invités,
Mesdames, Messieurs,
13. L’Etat du Burundi a décidé d’élaborer le présent plan d’accélération de la Planification Familiale de 5 ans (2015 à 2020), sur base des gaps observés. Son but est de contribuer à accroître l’utilisation des services de Planification Familiale, en vue de permettre au Burundi d’atteindre un taux de prévalence contraceptive de 50% au niveau national à l’horizon 2020.
14. L’exercice d’élaboration de ce plan qui a été conduit de manière participative, avec l’ensemble des parties prenantes en planification familiale, a été guidé par les engagements tant mondiaux, régionaux que sous-régionaux, pris par le Burundi, dans le domaine de la santé maternelle et infantile.
15. Il s’agit notamment de la Conférence Internationale sur la Population et le Développement, des Objectifs du Millénaire pour le Développement qui viennent d’être remplacés par les Objectifs de Développement durable, de la Stratégie Mondiale en Santé Maternelle et Infantile, de la Déclaration de Paris, du Plan d’Actions de MAPUTO, de la Déclaration d’Abuja, de l’Agenda Régional pour Accélérer l’Accès Universel en Santé de la Reproduction, la Redevabilité en Santé Maternelle, Néonatale et Infantile, etc.

Distingués invités,
Mesdames, Messieurs,
16. Les énormes défis en matière de la Planification Familiale au Burundi ne seront levés qu’au prix d’un fort engagement politique des hautes autorités de ce pays, complété par un partenariat public-privé fort, soutenu par une prise de conscience des bénéficiaires, des communautés et des prestataires de soins engagés pour la bonne santé des citoyens, et pour le développement durable.
17. En ce qui nous concerne, le Gouvernement du Burundi réitère son engagement ferme, de faire des questions qui touchent à la dynamique des populations, une priorité nationale, notamment en soutenant les engagements pris par le Burundi dans le cadre de ‘Family Planning 2020’ (FP2020), et exhorte l’ensemble de partenaires œuvrant dans le domaine de la planification, à continuer à nous accompagner pour qu’ensemble, nous puissions relever cet énorme défi, et ainsi contribuer à l’amélioration des conditions de vie des femmes et des enfants au Burundi.
18. Avant de terminer notre propos, nous réitérons nos remerciements à tous les partenaires qui, de près ou de loin, ont bien voulu accompagner le pays dans l’élaboration de ce plan d’accélération de la planification familiale, que nous lançons officiellement aujourd’hui.
19. Que tous ceux qui, de près ou de loin, soutiennent le Gouvernement dans sa mission d’améliorer le bien-être de la population burundaise, trouvent ici l’expression de notre profonde reconnaissance. Nous voudrions ici faire une mention spéciale du Fonds des Nations-Unies pour la Population au Burundi, qui a financé la tenue de cet atelier.
20. Dans l’ensemble, nous recommandons à tous les partenaires et amis du Burundi, ici-présents, de jouer pleinement votre rôle pour éviter que notre ambition légitime ne soit une vue de l’esprit. Nous vous invitons de ce fait à vous approprier véritablement notre plan d’accélération de la Planification Familiale au Burundi, et de veiller à sa mise en œuvre efficace et efficiente.
21. C’est sur ces notes que nous déclarons officiellement lancé le plan d’accélération de la planification familiale 2015-2020.

Nous vous remercions.

Calendrier

juillet 2017 :

Rien pour ce mois

juin 2017 | août 2017

Pas d'évènements à venir


puce Plan du site puce Contact puce Espace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2012-2017 © Bienvenue sur le site de la Deuxième Vice-Présidence de la République du Burundi. - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.80.8